Koffi Kwahulé, Grand Prix de Littérature dramatique 2017

Sous l’égide d’ArtCena les membres du jury des Grands Prix de Littérature dramatique se sont réunis lundi 9 octobre dernier et ont décerné le Grand Prix de Littérature dramatique à Koffi Kwahulé pour L’Odeur des arbres (Éditions Théâtrales). Koffi Kwahulé, artiste ivoirien, est l’auteur d’une oeuvre abondante. Nous avons accueilli et filmé plusieurs de ses pièces depuis l’ouverture du théâtre de La Chapelle du Verbe Incarné, nous vous proposons de les (re)découvrir dans notre catalogue DVD et VOD.

Dernière captation en date cet été lors des Théâtres d’Outre-mer en Avignon : JAZ, un spectacle musical inspiré, comme souvent chez Koffi Kwahulé, par la musique, le récit d’un viol… Bientôt diffusé sur France Ô !

P’TITE SOUILLURE

Une ville. Une maison. Une famille. Une fête se prépare. Un inconnu sonne à la porte et annonce qu’il est venu « foutre le feu à la maison ». La fille l’invite à entrer. Cette intrusion marque le point de départ du séisme qui va secouer la famille.

WATER… ANYTHING CAN HAPPEN !

« Il y eut des temps où la terre ne fut que sécheresse,
Des temps où la terre ne fut que cyclone,
Des temps où la terre ne fut que glace.
À un rythme serein. » Koffi Kwahulé

BLUE-S-CAT

Un homme et une femme dans un ascenseur, enfermés dans leur bonheur, indifférents l’un à l’autre. Lorsque l’ascenseur s’arrête soudain, la femme est confrontée à une situation q’elle ne contrôle pas. Incapable d’assumer son désir face à cet homme avec qui elle partage cette intimité particulière, elle se replie dans la peur de l’autre. jusqu’où cette peur la conduira-t-elle ?

MISTERIOSO – 119

Elles sont cinq, détenues pour meurtre, drogue, prostitution ou vol. Elles sont jeunes et parlent d’amour, de sexe, d’hommes. Une comédienne travailleuse sociale monte un spectacle de pom-pom girls avec elles. Cinq femmes qui vont, une fois encore, commettre l’irréparable.

BINTOU

« Je m’appelle Bintou. Mes mecs m’appellent Samiagamal. J’ai treize ans.
Je sais que je ne verrai jamais éclore mes dix-huit ans, mais ça me fait rien. »

JAZ

Avec JAZ, Koffi Kwahulé va à l’essentiel de ce qui fait sens pour lui et glisse vers le poème musical choc. JAZ est le récit d’un viol, où la parole devient un exutoire, l’acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l’innocence de l’être.